Veuillez entrer vos informations pour vous connecter

Comment quitter son conjoint quand on est malheureuse ?

Publié par Pascal le 4 janvier 2021

Comment quitter son conjoint quand on est malheureuse ?

Votre vie de couple ne vous comble plus et vous en souffrez sur un plan affectif. Et pourtant, vous n’arrivez pas à rompre définitivement avec votre conjoint et à retrouver une vie de célibataire. Vous devrez, pour parvenir à vous sortir de cette situation, identifier la raison profonde de ce désamour, et 3 situations différentes peuvent alors se présenter à vous :

  • Vous l’aimez encore mais…
  • Vous l’avez aimé mais plus aujourd’hui
  • Il vous fait peur désormais et l’amour a été remplacé par une sensation d’angoisse

 

Chaque histoire est unique, mais quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, cette incapacité à quitter votre conjoint, malgré ce constat d’échec, repose sur des obstacles, qu’il vous faudra surmonter un à un. Les plus fréquents restent :

  • La jalousie et l’impossibilité de pardonner,
  • La nostalgie ou l’impossibilité d’abandonner ces temps heureux,
  • La dépendance affective,
  • La peur de la solitude,
  • La culpabilité,
  • Les pressions physiques ou psychologiques ressenties.

 

De la séduction à la rupture amoureuse, les belles histoires et leur fin si difficile à gérer

Vous vous souvenez des premiers temps de cette relation amoureuse, qui vous rend si triste aujourd’hui. Il ne cessait de vous dire « Je t’aime » et vous n’étiez pas en reste en termes de déclaration d’amour. Le temps est passé et peu à peu, cette complicité, qui vous unissait jadis, s’est rompue, distendue, au point que vous vous sentez malheureuse aujourd’hui. Vous n’arrivez plus à lui dire que vous l’aimez et votre vie de couple se dégrade jour après jour. Inconsciemment, vous savez qu’il n’existe plus de sentiments, ou qu’ils ne sont plus suffisants, et pourtant vous n’arrivez pas à le quitter et à rompre définitivement avec votre conjoint.

 

 

Chaque rupture amoureuse est unique et implique de multiples causes. Pourtant alors même que vous savez avoir besoin de réfléchir, vous n’arrivez pas à trancher. Il n’existe pas de bonnes questions à se poser, mais simplement une sincérité à adopter. Vous ne devez pas vous mentir, et vous devez penser à votre avenir, même si cela implique de devoir quitter le domicile conjugal. Avant de le quitter et de tourner la page, soyez la plus honnête possible en faisant le bilan de votre vie conjugale.

 

 

Ma relation amoureuse ne me rend pas heureuse, pourquoi ?

Bien que chaque situation soit différente des autres, vous devez comprendre la situation avant de chercher à savoir la raison qui vous empêche de quitter votre conjoint. Celles qui arrivent encore à dire « Je l’aime » n’auront pas les mêmes obstacles à franchir que celles qui n’éprouvent plus aucun amour, mais ressentent de la peur et même parfois de la terreur. Faites ce rapide bilan de la situation et apprenez ensuite à identifier les blocages, qui vous empêchent d’être heureuse.

 

Je l’aime toujours mais serais-je heureuse s’il n’a pas respecté notre vie de couple

Si, au plus profond de vous-mêmes, vous vous dites « Je l’aime mais … » c’est qu’il existe encore peut-être des sentiments. Cet amour a été blessé par des épisodes plus ou moins douloureux, et chaque situation est différente. « Mon homme m’a trompé, et son infidélité se répète au fil du temps ». Naturellement, le chagrin éprouvé par cette (ces) tromperie(s) est immense et peut être à l’origine d’une dispute qui n’a pas de fin, et qui rend votre quotidien difficile à supporter. Avez-vous alors vraiment envie de le reconquérir et de reprendre une relation sur de nouvelles bases. Seule vous, pouvez répondre à cette question ? Avant d’essayer de se remettre avec lui, vous devez savoir si vous en avez envie, mais aussi si vous pouvez, tout pardonner. Vouloir reconquérir son homme n’a pas de sens, tant qu’il n’acceptera pas de couper tout contact avec ces relations extra-conjugales. « Mon Mari me trompe ». Au seul prononcé de ce fait, toutes les femmes ont des réactions différentes, et certaines n’arriveront pas à s’en séparer pour autant.

 

Ne plus aimer quelqu’un sans réussir à le quitter, quand la complicité rend toute décision complexe

Vous pouvez aussi ressentir ne plus aimer votre mari ou votre compagnon. Quand vous y pensez, vous vous dîtes « je l’aimais, mais mes sentiments ont changé ». Pour votre épanouissement, vous pouvez rechercher les causes profondes de cette situation, mais cela ne vous aidera pas à clarifier la situation. Vous vous sentez perdue et désemparée par cette situation amoureuse, qui vous fait souffrir. Peut-être que lui vous aime encore et qu’il fait tout pour reconquérir sa femme. Pourtant vous n’arrivez même pas à tenter de rompre sans culpabiliser. Il vous dit être heureux, et vous vous en voudriez que votre décision lui cause de la peine et du tort. Vous prenez donc sur vous, restez malheureuse, mais vous vous refusez à abandonner le domicile conjugal, comme si c’était un devoir.

 

Quand la séparation amoureuse vous est impossible, quand la peur a pris le dessus sur l’amour

 

Dans certains cas, vous pouvez enfin vous dire « J’ai peur de mon amour défunt et/ou de ma famille ». La situation n’est pas la même, car le sentiment amoureux a disparu, et vous êtes malheureuse. Mais vous vous sentez contrainte de devoir rester, de peur des représailles, des menaces ou de la vie impossible, que votre conjoint vous a promis si vous le quittiez. C’est douloureux, et vous devez alors vous faire aider. En parler à un psy, suivre une thérapie, vous rapprocher d’autres femmes, qui ont vécu la même situation. Ne restez pas seule face à vos émotions « Je vis avec un pervers narcissique et un grand manipulateur, mais je ne sais pas comment faire pour le quitter ».

 

 

Pourquoi je n’arrive pas à quitter mon conjoint alors que notre relation me rend malheureuse ?

Maintenant, que vous connaissez la raison qui vous a conduit à cette situation, vous devez trouver les réponses aux différents obstacles qui se dressent devant vous « Je veux quitter mon mari, mais je n’y parviens pas ». Face à un tel constat d’impuissance, identifiez le blocage principal. Nous avons identifié les principales sources de blocage, mais attention vous pouvez à la fois ressentir de la jalousie, de la culpabilité et de la peur. L’amour est complexe, alors terminer une histoire l’est plus encore.

 

Accepter le sentiment de rupture et reconnaitre que votre conjoint est devenu votre ancien amour

C’est un des obstacles, que l’on rencontre le plus souvent et qui peut même être à l’origine d’une déprime. Vous devez accepter que l’histoire se termine et qu’aucun retour en arrière n’est possible. N’appelez plus votre conjoint « Mon Amour » et n’espérez surtout pas de vous remettre ensemble. Il faut que cela soit clair dans votre tête. Vous ne devez pas chercher une preuve d’amour dans chacun de vos gestes ni dans les siens. Vous avez pris une décision et vous devez vous y tenir. Même s’il est gentil et attentionné, pensez aux raisons profondes qui vous ont poussé à prendre cette décision. La reconstruction après une rupture amoureuse est assez difficile comme cela, sans en rajouter en gardant à l’esprit la possibilité de se remettre ensemble. Prenez le temps qu’il faudra, mais lorsque vous avez pris une décision, ne revenez pas en arrière.

 

La nostalgie, quand les souvenir font regretter les décisions de rupture

Il s’agit d’une forme de peur, qui peut vous empêcher de passer à l’acte malgré votre prise de décision. Vous pensez aux bons souvenirs, à cette période heureuse, et vous savez qu’après une rupture amoureuse, vous serez confrontée à l’inconnu. Et ce que l’on ne connait pas fait peur. Des questions vous assaillent. « Comment mes enfants vont réagir ? Et quel sera le jugement de ma famille ? « . Si vous acceptez la rupture affective, la rupture conventionnelle, celle découlant de votre volonté de divorcer, peut être plus menaçante et faire ressurgir d’anciennes craintes. Cette nostalgie représente une peur naturelle, que vous devez combattre, sous peine de vivre continuellement dans le passé. Rompre avec l’idée de ces souvenirs heureux constitue un obstacle de taille, et vaincre cette appréhension, cette sensation de « grand saut dans le vide » n’est pas facile et encore moins rapide à prendre. En revanche, ne rien faire serait une erreur, puisque cette nostalgie peut faire mal et ces souvenirs sont impuissants à résoudre les problèmes de couple.

 

Pour surmonter cette (ou ces) peur(s), il vous faudra réfléchir à vos attentes, aux démarches à entreprendre pour ne pas retomber dans les mêmes travers que vous imaginez. Il vous faut alors passer de cette passivité à une démarche active « Je veux reconstruire ma vie sociale, professionnelle et sentimentale ». Ce n’est qu’à partir de ce moment-là, que vous comprendrez que vivre seule représente certes une acceptation de l’inconnu, mais constitue aussi la promesse de pouvoir tout reconstruire.

 

La dépendance affective, la solitude, un nouveau compagnon à apprivoiser

Même pour une relation courte, vous pouvez craindre d’éprouver un manque après la rupture « Mon ex me manque » pourriez-vous vous dire dans quelques semaines, alors qu’aujourd’hui vous cherchez à le quitter. Cette peur de la solitude peut se rapprocher de la nostalgie, la crainte des souvenirs heureux, bien qu’elle se concentre dans les relations que vous entreteniez avec votre conjoint. Vous allez devoir vous passer de ces moments de complicité, de tendresse, de partage mais aussi ces disputes. Vous ne devez pas considérer cette situation (« Je suis seule ») comme définitive, mais au contraire l’accepter comme une étape dans votre parcours de vie. Vous n’êtes pas pour le moment dans une démarche pour retrouver une relation ou trouver l’amour, mais vous ne pourrez envisager un avenir que lorsque vous aurez accepté l’idée d’une rupture sentimentale avec votre conjoint. L’attachement ne se commande pas, et pour vous détacher, il faudra aussi accepter de laisser le temps faire son œuvre. Votre épanouissement dépend de cette capacité à surmonter cette période plus ou moins longue.

 

La culpabilité, quand le questionnement conduit à la déception

C’est un obstacle fréquent, que nous avons beaucoup de mal à admettre. Bien sûr si vous avez été infidèle, il est naturel que vous vous sentiez coupable. En revanche, on évoque ici la culpabilité, qui n’est pas fondée. « J’ai quitté mon mari mais j’ai peur qu’il ne déprime ». C’est une réflexion fréquente dans les séparations.  Vous vous projetez dans l’avenir et dans les conséquences de votre décision, et vous craignez de faire mal à votre ex-conjoint, à votre belle famille, à vos enfants, …. Vous imaginez être la responsable de ce qu’il va advenir. Pour surmonter cette crainte de la culpabilité et donc pour retrouver confiance en soi, il faut se rappeler les véritables raisons de la séparation. Souvenez-vous que vous étiez malheureuse, et que votre conjoint devait l’être aussi probablement. Si vous agissez ainsi, c’est pour que chacun puisse avancer et se sentir mieux. Il n’y a donc pas de raison de se sentir coupable.

 

Supporter le mal-être, quand l’excès d’optimisme n’est pas bon conseiller

C’est une des raisons souvent évoquées par les femmes, qui n’arrivent pas à quitter leur mari, alors qu’elles avouent être malheureuses. Vous voulez encore croire que votre vie commune connait une mauvaise passe, mais que tout peut s’arranger. Détrompez-vous, lorsque l’amour ne parvient plus à apaiser le malheur ou la tristesse de l’un ou de l’autre, alors mieux vaut ne pas attendre au risque de voir la situation se dégrader encore un peu plus. Vous ne supportez de pouvoir faire une erreur, alors que dans votre esprit la reconquête est possible. Avant de pouvoir quitter votre conjoint, il vous faudra admettre que votre relation amoureuse est terminée. Un thérapeute ou un psy peut être consulté si vous n’arrivez pas à faire le deuil de cette belle histoire.

 

La peur, tourner la page définitivement pour retrouver le plaisir de vivre

Dans certains cas, heureusement minoritaires, ce malheur peut résulter d’une crainte de violences physiques ou psychologiques. Vous avez alors envie de partir mais vous en êtes empêchée d’une manière plus ou moins consciente. Il ne s’agit pas ici d’un obstacle psychologique en premier lieu mais bien d’un obstacle matériel, pour vous mettre en sécurité. Votre décision est prise, mais dans la majorité des cas, vous avez besoin d’aide pour concrétiser ce nouveau départ, que vous voulez prendre. Des associations et des organismes publics existent alors contactez-les.

 

Quitter son conjoint pour ne plus être malheureuse, et après ?

Comment oublier son ex surtout quand la rupture douloureuse a fait apparaitre des douleurs encore vives ? Il n’existe pas de recette miracle, et vous pourrez rester en bons termes ou alors décider de maintenir le silence-radio. Si vous décidez de rester amis, n’oubliez jamais les raisons ayant conduit à votre séparation. Vous ne devez, ni l’un ni l’autre, essayer de revenir mais au contraire garder des relations courtoises, notamment si vous partagez la garde de vos enfants. Maintenant que vous avez retrouvé une vie de célibat, vous pourrez, dans un avenir plus ou moins proche, penser à votre avenir. Mais comme la rupture difficile peut être longue à cicatriser, cette période d’adaptation peut elle-aussi être douloureuse. Gardez confiance en vous et surtout restez fidèle aux décisions, que vous avez prises.

 

 

 


Vous avez aimé cet article? Vous pouvez la partager pour en faire bénificier vos amis(es)

Articles que vous pourriez aimer

Le top des avantages d'être célibataire

Le top des avantages d'être célibataire

14 avr 2014

Pascal

Prendre le temps

Prendre le temps

15 sept 2017

Pascal

La Saint-Valentin ça se fête en célibataire aussi !

La Saint-Valentin ça se fête en célibataire aussi !

3 fév 2016

Marie-Claude

Aborder une femme dans un bar : mode d'emploi

Aborder une femme dans un bar : mode d'emploi

24 jan 2020

Pascal